IMG 2960Le dimanche 3 juin 2018 la « Société des Amis du Vieux Chambéry » est venue rendre visite à « Patrimoine et Développement du Grand Grenoble », qui avait organisé pour cette association voisine, le matin, une visite du quartier Saint-Laurent. Elle fut animée par Geneviève Vennereau, Vice- Présidente, Michel Mercier, Jacques De Guillebon, administrateurs et Claude Chave, adhérent. Le groupe a échappé à la pluie, un exploit ces jours-ci. Après une introduction portant sur les caractéristiques de ce quartier, un des plus anciens de Grenoble, et magnifiquement restauré, les visiteurs ont découvert la porte Saint-Laurent (édifiée en 1615 pour protéger la ville du remuant duc de Savoie) les Casemates, le chevet de la chapelle Saint-Laurent, la maison Jouvin, l’émouvante fontaine Saint-Jean, la plus ancienne de Grenoble et la seule à avoir une inscription en latin, l’école des frères des écoles chrétiennes, la maison Terray, la place et la statue Xavier Jouvin , qui a amené à aborder le rôle de la ganterie dans ce quartier ainsi que l’invention de la main de fer, permettant de couper plusieurs paires de gants à la fois, la construction des quais en 1866 pour protéger la ville des inondations, l’hôtel des monnaies… La visite s’est terminée devant la fontaine de la place de la cimaise édifiée par Victor Sappey auquel nos amis chambériens sont très attachés (il a réalisé également la fontaine aux éléphants à Chambéry).

La déambulation dans le quartier a permis de découvrir la restauration de certaines façades très anciennes, des portes admirables et de beaux lambrequins. La rue Saint-Laurent, piétonnisée, bénéficie maintenant d’un revêtement beige au sol en béton désactivé et  la nuit d’un nouvel éclairage, aux lanternes très design, et dirait-on inspirées du passé, ce qui la transforme considérablement, présentés par Philippe Boué, Président de « Patrimoine et Développement ». Un gros effort est également entrepris pour végétaliser ce  quartier, qui est à redécouvrir aussi par les grenoblois.

Puis le groupe est allé visiter librement le musée Saint-Laurent, a déjeuné à la table ronde pour prendre des forces, écoutant l’histoire de l’hymne des Allobroges, qui évoque les proscrits français venus en Savoie avant 1860, la Savoie disposant alors de la constitution la plus libérale d’Europe, et chanté de concert, avant de se rendre au château de Vizille l’après-midi, révisant ainsi une page importante de l’histoire de France. 

 

Jeunesse et Patrimoine : avec ces deux mots, l’auteur du thème 2017 des Journées Européennes du Patrimoine ne pouvait pas trouver contraste plus affirmé, comme modernité et tradition…

Sous-entendu, les jeunes ne peuvent s’y intéresser…. A la jeunesse la page blanche, le regard vers l’avenir, la nouveauté, l’innovation, l’action, les sports, les voyages, la création. Leur monde est celui de la dématérialisation, de la virtualisation, et d’une technologie puissante et intuitive dont leurs ascendants auraient d’ailleurs bien aimé disposer à leur âge. Ce n’est pas celui de leurs pères. Aux moins jeunes le passé, les souvenirs, les anciennes modes, les constructions anciennes, le patrimoine dépassé ou parfois dans un état dégradé.

Pourtant on observe souvent une convergence, comme des contraires qui s’attirent.

Ces étudiants qui apprécient de se retrouver le soir autour de la statue si forte et comme chaleureuse de Bayard, ou d’entendre un guide leur faire voir un escargot sur une façade du parlement évoquant la lenteur de la justice, admirer et comprendre la présence d’une multitude d’abeilles sur les plafonds d’un bâtiment militaire, repérer le jeu des formes géométriques ou arrondies des façades des immeubles art déco, traverser le temps en tenue d’Empire ou des Lumières pour animer un décor, réussir leur quiz sur un questionnaire Lesdiguières. Quand ce ne sont pas les jeunes enfants eux même qui, devant les adultes, défilent ailleurs, en tête de cortège musical, en mini costume local d’époque.

Certes cela requiert un effort d’éducation du regard et d’analyse, mais n’est-ce pas une attente légitime des jeunes, et n’est-ce pas la vertu du patrimoine que de réunir les regards, les différences et les générations …

Bonnes journées patrimoniales.

Philippe Boué, Président

Grenoble dispose maintenant du label « Ville et Pays d’art et d’histoire »

pdfLe communiqué de presse du Ministère de la Culture


L'Association propose le samedi 19 septembre 2016 :

  • 10 h - 12 h : balade littéraire dans Grenoble
  • 14 h 30 - 16 h : visite commentée du centre historique de Grenoble
  • 14 h 30 - 18 h : accueil au local, 10 rue Chenoise, pour des visites commentées

Informations détaillées dans l'agenda.

Jean Cognet

C'est avec une profonde tristesse que nous venons d'apprendre la disparition de Jean Cognet, décédé ce dimanche 23 octobre 2016. Architecte renommé et défenseur infatigable du patrimoine, Jean restera toujours pour nous l'ami et l'expert qu'il a été au sein de Patrimoine et Développement du Grand Grenoble.


Nous sommes heureux de vous présenter le nouveau site de Patrimoine et Développement où vous retrouverez toutes les activités de l'association, passées ou à venir. N'oubliez pas de consulter l'agenda ! Vous recevrez régulièrement  une "newsletter" qui vous tiendra au courant des évènements patrimoniaux à Grenoble et dans l'agglomération. Bonne rentrée à tous !