TresorVoltaire1

Méconnue du grand public, traversée sans qu'on s'attarde sur ses façades grisâtres, la rue Voltaire est pourtant un haut lieu de l'histoire grenobloise qui regorge de trésors architecturaux. Percée aux alentours de 1670, cette artère s'inscrit dans le plan d'extension de la ville fortifiée par Lesdiguières, plan que réalisa le duc de Créqui afin de désengorger le Centre historique contenu dans l'enceinte romaine.

Le quartier Voltaire est donc un quartier récent qui très tôt attire la noblesse, essentiellement dite « de robe » représentée par les parlementaires, ainsi que différentes confréries religieuses. TresorVoltaire2Car contrairement aux ruelles étroites et aux appartements exigus du Centre, dont le parcellaire remonte au Moyen-Âge, le quartier de Créqui offre la possibilité de construire des édifices plus vastes, tels des hôtels particuliers et des monastères.

Initialement baptisée rue Neuve des Capucins, car menant au couvent des Capucins rue Servan, elle prend le nom de rue Voltaire en 1873 en l'honneur du célèbre écrivain et philosophe François- Marie Arouet, dit Voltaire (1694-1778), considéré comme l'un des intellectuels précurseurs de la Révolution. Car c'est bien à cet épisode de l'histoire de France que la rue doit sa renommée. Preuve en est : c'est aux portes de la rue Raoul Blanchard qu'Alexandre Debelle situe l'action de sa célèbre Journée des Tuiles, peinte en 1890 afin de commémorer le centenaire des événements.

Accès au document patrimonial (réservé aux adhérents)